Publié le 5 avril 2021
Partager :

1. Comment obtenir une contraception orale ?

Quelle est l’attitude à tenir ?

  • doit permettre de vérifier les facteurs de risques et les contre-indications potentielles à ce type de contraceptif.[1]
  • Une fois la prescription obtenue, se rendre en pharmacie pour se faire délivrer le contraceptif oral.[1]

Quels sont les essentiels à connaître ?

  • L’ordonnance est valable pour une durée maximale d’un an avec une périodicité de 3 mois renouvelable[2]
  • Le renouvellement peut être effectué par le médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme. [2]
  • Les jeunes filles mineures peuvent obtenir ce type de contraception sans le consentement de leurs parents. Les rendez-vous peuvent être pris directement au cabinet du professionnel de santé ou dans les plannings familiaux[2,3]
  • Si vous n’avez pas pu faire renouveler votre ordonnance et qu’elle date de moins d’un an vous pouvez vous adresser à votre pharmacien ou un infirmier dans les mêmes conditions. Si les conditions sont respectées, ils sont autorisés à renouveler la prescription pour une durée de 6 mois maximum.[3]

2. Comment choisir une pilule contraceptive ?

On distingue deux types de pilules contraceptives orales :

  • la pilule progestative composée uniquement de progestérone [2]
  • la pilule combinée composée de deux hormones, la progestérone et l’estrogène. [2]

Il existe sur le marché 4 générations de pilules combinées, on parle de 1ère ,2nd, 3ième et 4ième génération. [2]

La prescription est précédée d’un entretien préalable. Ce dernier est indispensable afin de comprendre les attentes de la patiente vis-à-vis de la contraception et un examen clinique permettra au médecin d’évaluer son état de santé. Il est recommandé qu’un bilan sanguin soit réalisé, en l’absence de risques identifiés, au moment de la mise en route de la contraception. De plus, le prescripteur doit informer la patiente des risques de complications liés à la pilule et l’informer des signes cliniques devant l’inciter à consulter en urgence.[2]

En effet, les pilules combinées sont efficaces mais ne peuvent pas être prescrites chez toutes les femmes. Leur utilisation peut augmenter le risque de thrombose, elles sont donc contre-indiquées chez certaines personnes. [2]

3. Dois-je prendre ma pilule à heure fixe ?

Oui, Il est vivement recommandé de prendre sa pilule tous les jours à heure fixe pour assurer une contraception efficace. Cependant en cas d’oubli ou d’impossibilité, un retard maximal est possible mais

  • Si vous prenez une pilule combinée un retard maximum de prise de 12 heures est possible. [4]
  • Si vous prenez une pilule microprogestative, le retard maximum autorisé est de 3 heures. [4]

4. Comment ne pas oublier sa pilule ?

Prendre votre pilule doit devenir une habitude de vie quotidienne comme manger, dormir ou se laver.[4]

3 astuces pour vous aider dans la prise quotidienne [4]  :

  • Intégrer la prise dans une routine existante

En tout premier lieu, identifier l’horaire le mieux adapté dans la journée pour ne pas l’oublier. Le plus facile est d’opter pour un moment déjà ritualisé auquel vous pourrez facilement associer le geste de la prise : lavage de dents, soin du visage, coucher, en buvant son café etc… A vous de choisir le moment quotidien le plus opportun.

  • S’aider de rappel sonore ou visuel

Au début surtout, de petits rappels peuvent être utiles : alarme de téléphone, application mobile, mémo sur frigo, ordinateur, boite en évidence.

  • Avoir une solution de secours 

Conserver une plaquette de secours ou l’ordonnance sur vous (dans votre sac, au bureau, voiture…). En cas d’oubli, il vous sera facile d’y remédier rapidement.

5. Que faire en cas d'oubli ?

Pour les femmes sous pilule combinée : [5]

  • Si votre oubli date de moins de 12heures, vous devez prendre la pilule oubliée et reprendre le prochain comprimé toujours à heure fixe. L’efficacité contraceptive de la pilule est maintenue.
  • Si votre oubli date de plus de 12 heures, l’efficacité de votre pilule n’est plus assurée, vous devez vous protéger avec un préservatif Vous devez prendre la pilule oubliée et finir votre plaquette. Lorsque vous commencerez votre nouvelle plaquette, votre pilule sera à nouveau efficace.

Pour les femmes sous pilule progestative : [5]

  • Si l’oubli est inférieur à 3 heures (pour une pilule progestative contenant du lévonorgestrel) ou à 12 heures (pour celles contenant du désogestrel), vous devez prendre la pilule oubliée et reprendre le prochain comprimé toujours à heure fixe. L’efficacité contraceptive de la pilule est maintenue.
  • Si l’oubli est supérieur à 3 heures (pour une pilule progestative contenant du lévonorgestrel) ou à 12 heures (pour celles contenant du désogestrel), l’efficacité de votre pilule n’est plus assurée, vous devez vous protéger lors des prochains rapports sexuels. Quoiqu’il en soit, vous devez prendre la pilule oubliée, finir votre plaquette et vous protéger. Lorsque vous commencerez votre nouvelle plaquette, votre pilule sera à nouveau efficace.

6. Dois-je arrêter ma pilule pendant mes règles ?

Pour les femmes sous pilule combinée : [5]

  • Oui, si votre plaquette se compose de 21 comprimés, vous devez au 21e jour, arrêter votre pilule et attendre 7 jours avant d’entamer la prochaine. Si vos règles ne sont pas terminées au bout de 7 jours, vous devez quand même commencer votre nouvelle plaquette.
  • Non, si votre plaquette contient 28 comprimés vous ne devez pas interrompre les prises même pendant vos règles. Une fois la plaquette terminée, vous entamez la suivante.

 

Pour les pilules progestatives, les comprimés doivent être prises chaque jour à la même heure même pendant vos règles.

7. Dois-je arrêter de fumer ?

Fumer et prendre la pilule ne sont pas recommandés. Même si la probabilité est plus faible chez les moins de 35 ans, cette association augmente le risque d’accidents thromboemboliques et cardiovasculaires.[5,6]  Si vous optez pour le choix de la pilule contraceptive, il est fortement recommandé d’arrêter votre consommation.  Parlez-en à votre médecin, il vous aidera dans cette démarche, ou vous proposera une méthode contraceptive compatible avec votre tabagisme. [5]

8. Que faire en cas d'effets indésirables ? [2] 

Il est possible que vous ressentiez certains petits maux en début d’utilisation de la pilule comme des douleurs aux seins (mastocytoses), migraine, troubles du cycle…Après plusieurs mois, des saignements entre les cycles peuvent également être observés. Généralement sans danger, ces maux peuvent être désagréables ou gênants. Si vous rencontrez des difficultés, parlez-en à votre médecin, il pourra modifier votre prescription et vous orientez vers un autre contraceptif. Dans l’attente de votre rendez-vous, n’arrêtez pas de prendre sa pilule. Si les symptômes sont trop importants et que vous arrêtez votre pilule, n’oubliez pas d’utiliser un autre moyen de contraception.

9. Quels sont les signes à surveiller ?

Les pilules combinées peuvent présenter chez les femmes à risque cardiovasculaire un risque plus important d’accidents thromboemboliques veineux et artériels. Effectuer un suivi clinique pour surveiller la tolérance au traitement contraceptif prescrit, en particulier au cours des périodes où le risque de thrombose est le plus élevé : au cours de la première année de traitement, lors de la reprise après un arrêt de traitement et en cas de changement par un contraceptif oral d’une autre génération. Ce risque existe mais reste faible, il ne faut donc pas s’inquiéter outre mesure. Cependant, Il faut bien connaître les signes à surveiller et consulter en cas d’apparition : œdème, douleur inexpliquée au niveau du membre inférieur, de l’aine ou du bas du dos, fatigue brutale inexplicable, dyspnée, douleur thoracique, hémoptysie (Émission de sang par la bouche au cours d’un effort de toux ), apparition ou aggravation de céphalées, déformation de la bouche, hémiparésie, dysphasie, etc.[6]

Les pilules progestatives peuvent réveiller l’acné chez les femmes en ayant eu précédemment. Elles peuvent aussi favoriser une prise de poids chez les femmes prédisposées. Enfin, ces pilules entraînent souvent des troubles des règles (saignements entre les règles, règles irrégulières). [2]

10. Connaître les médicaments qui peuvent diminuer l'efficacité

Certains médicaments peuvent diminuer l’efficacité de toutes les pilules contraceptives. [5]
Précisez à votre médecin que vous prenez une pilule contraceptive et en cas d’automédication, consultez bien la notice du médicament pour vous assurer qu’il ne diminue pas l’efficacité de votre pilule ou demandez conseil à votre pharmacien.

11. Que faire en cas de décalage horaire ?

La réponse va dépendre du type de pilule, de la durée de votre séjour et de l’importance du décalage horaire.[4] 

Si vous prenez une pilule combinée ou progestative composée de désogestrel, le retard maximum de prise autorisé est de 12 heures ce qui est exactement le décalage maximal entre deux pays et rend donc les choses assez simples. L’attitude à adopter va dépendre de la durée de votre séjour.[4] 

  • Séjour de quelques jours : ne modifiez pas vos habitudes, respectez l’heure française et prenez votre pilule à heure fixe si cela est possible. Ex : si vous prenez votre pilule à 20 h et que le décalage est de 4 heures en mois, prenez là à 16h.  Si l’heure de la prise n’est pas évidente comme en pleine nuit par exemple, le jour de votre arrivée, prenez votre pilule à la même heure que celle en France. S’il s’agit de 9h du matin en France prenez là à 9h du matin. [4]
  • Séjour long : Il vaut mieux adapter l’heure à vos habitudes, prenez votre pilule à la même heure que celle en France S’il s’agit de 9h du matin en France prenez là à 9h du matin.

Si vous prenez une pilule progestative composée de lévonorgestrel : prenez une pilule à votre arrivée et poursuivez à l’heure que vous vous serez fixée.

N’hésitez pas à contacter votre médecin ou gynécologue si vous avez des questions ou en cas de doute.
Si vous voyagez en avion pendant un long trajet, pensez à garder votre pilule dans votre bagage à main pour pouvoir la prendre à l’heure habituelle. Vous ne modifierez l’heure de prise qu’une fois arrivée si nécessaire (voir explication ci-dessus).

 

N°PO 8161-08/2020

Sources : 

[1] Santé publique France. Choisir sa contraception. La première consultation. Disponible sur https://www.choisirsacontraception.fr/trouver-la-bonne-contraception/la-contraception-des-premieres-fois/la-premiere-consultation-de-contraception.htm. Consulté à la date du 01.03.2021

[2] Ministère de la sante et des solidarités. Les contraceptifs oraux. 2016. https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/medicaments/focus-medicaments/article/les-contraceptifs-oraux. Consulté à la date du 01.03.2021

[3] La contraception hormonale. Dispensation en officine. 2019.

[4] Santé publique France. Choisir sa contraception. FAQ. Disponible sur https://www.choisirsacontraception.fr/vos-questions/contraception/pilule-faq.htm Consulté à la date du 01.03.2021

[5] Ministère de la santé et des solidarités. Recommandations de bon usage des contraceptifs oraux. Disponible sur https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/medicaments/focus-medicaments/article/recommandations-de-bon-usage-des-contraceptifs-oraux.htm Consulté à la date du 01.03.2021

[6] Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. 2013. Disponible sur https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2013-09/13e_version_contraception_cardiop1-220713.pdf. Consulté à la date du 01.03.2021

 

 


Sur le même sujet

19 février 2021

La contraception orale : Le point sur les idées reçues

La contraception orale ou pilule est la méthode de contraception la plus utilisée en France en 2016 [1]. Cependant, de nombreuses idées reçues persistent encore sur leur utilisation. Dans cet article nous faisons le point avec vous pour éclaircir la situation.

7 avril 2018

Contraception Orale

Parmi les femmes concernées par la contraception – ni stériles, ni enceintes, ayant des rapports hétérosexuels et ne voulant pas d’enfant – seules 3% n’utilisent aucune contraception*. La pilule reste aujourd’hui encore la méthode de contraception la plus utilisée en France avec 41% d’utilisatrices, puis le stérilet pour 22,6% et le préservatif (15,3%)*. La pilule contraceptive est un médicament même si elle ne soigne aucune maladie. Chaque type de pilule agit différemment. Il est donc important de bien comprendre son mode d’action et ses modalités de prise.