Publié le 10 novembre 2021
Partager :

Le diabète est une maladie chronique causée par une carence ou un défaut d’utilisation d’une hormone, l’insuline. Cette dernière est produite par le pancréas et permet au glucose (sucre) contenu dans les aliments d’être utilisé par les cellules de l’organisme. Lorsque l’insuline est produite en quantité insuffisante ou mal utilisée, le sucre s’accumule dans le sang (hyperglycémie) puis est éliminé par voie urinaire. Cette accumulation de sucre peut causer divers dommages aux cellules de l’organisme et être à l’origine de complications qui peuvent être gravesIl existe différents types de diabète dont certains peuvent se déclarer dès l’enfance[1]Découvrez dans cet article les essentiels à connaître sur le diabète chez l’enfant et en particulier le diabète de type 1.

Présentation de la maladie

Chez l’enfant, le type de diabète le plus fréquent est le diabète de type 1 qui représente 10% des cas de diabète tous âges confondus mais qui survient dans la moitié des cas avant l’âge de 20 ans. C’est la raison pour laquelle il est qualifié de diabète juvénile[2]. Il s’agit d’une maladie auto-immune liée à une prédisposition génétique ou qui pourrait être déclenchée par des événements extérieurs (infections virales, âge plus tardif de la maternité, exposition à des toxines, alimentation…) et au cours de laquelle les cellules du système immunitaire détruisent les cellules β du pancréas, productrices d’insuline[2]. Les symptômes du diabète apparaissent lorsque plus de 80% de ces cellules sont détruites[2] 

Le diabète de type 2 est moins fréquent chez l’enfant même s’il est en augmentation. Il est lié à un défaut d’utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme (insulinorésistance). Il est lié à des problèmes de surpoids mais peut aussi se développer s’il existe des antécédents familiaux[1]. 

Il existe d’autre types de diabètes moins fréquents :  

  • Les diabètes MODY : ces diabètes sans surpoids sont liés à un défaut de production de l’insuline par les cellules β. Ils sont insulino-dépendants et liés à une prédisposition génétique (une dizaine de gènes impliqués). Ils se développent chez l’enfant et l’adolescent mais se traduisent par un diabète modéré[2] 
  • Le diabète néonatal : Il apparaît dans les 6 premiers mois de vie et peut être permanent ou transitoire[2]. 
  • Le diabète lié à la mucoviscidose : Il s’agit d’une complication fréquente de la mucoviscidose. Ce type de diabète est insulinodépendant, mais d’un mécanisme différent de celui du diabète de type 1[2]. 

Les diabète MODY et le diabète néonatal sont des maladies rares[2] 

Principaux chiffres

Le diabète de type 1 (DT1) est en croissance régulière chez l’enfant et l’adolescent sur les 2 dernières décennies avec une augmentation du nombre de cas de 3 à 4 % par an. Actuellement, en France, il apparaît environ 15 cas de diabète de type 1 pour 100 000 enfants de moins de 15 ans par an. En outre son apparition est de plus en plus précoce notamment chez les enfants de moins de 5 ans[2]. Concernant le diabète de type 2 sa fréquence est de plus en plus importante en France[2] et en Europe (1,5% en Allemagne)[3]. Ces chiffres sont liés à l’augmentation de la prévalence de l’obésité due à notre mode de vie sédentaire[3].. Quant au diabète néonatal, il est rare chez les enfants âgés de moins de 10 ans, mais affecte 1/3 des patients après 20 ans, et la moitié après 30 ans[2]. 

Symptômes et diagnostic

Le diabète de type 1 est une maladie qui progresse à bas bruit. Les symptômes apparaissent des mois voire des années après le début de la maladie c’est-à-dire, après le début du processus de destruction des cellules β. Une fois que le taux d’insuline est bas ou insignifiant, les symptômes peuvent s’installer rapidement.[4] :  

Une fois sur deux, les symptômes du diabète de l’enfant sont dus à l’hyperglycémie[4] :   

  • des envies fréquentes d’uriner en quantité abondante (polyurie) ;  
  • une énurésie dite secondaire. L’enfant recommence à faire « pipi au lit » alors qu’il était déjà propre ; 
  • une soif importante et anormale (polydipsie) ;  
  • un amaigrissement important malgré un maintien de l’appétit ;  
  • une fatigue. 

Une fois sur deux, les symptômes du diabète de l’enfant sont dus à l’acido-cétose[4] :  

  • des douleurs abdominales,  
  • des nausées et des vomissements ;  
  • une perte d’appétit ;  
  • une somnolence ;  
  • des troubles de la vue ; 
  • une odeur fruitée de l’haleine et une odeur anormale des urines, due à la production de corps cétoniques ;  
  • une respiration rapide puis des troubles de la conscience. 

Les troubles dus à l’acido-cétose s’installent lorsque le diabète n’est pas pris en charge au stade de l’hyperglycémie[4]. 

Le diagnostic de diabète est posé sur la base des symptômes présentés par l’enfant puis sur un dosage de sucre dans les urines (glycosurie) et/ou dans le sang (glycémie capillaire). Si ces tests révèlent une glycosurie ou une hyperglycémie, l’enfant doit être adressé à un spécialiste qui prescrira un bilan complémentaire comprenant une prise de sang (bilan lipidique, dosage d’hémoglobine glyquée*, recherche d’anticorps auto-immuns). Il évaluera également la fonction rénale et pratiquera un fond de l’œil[4] 

Prise en charge

La prise en charge du diabète de type 1 vise à obtenir le contrôle de ce dernier, limiter son impact sur la croissance de l’enfant et prévenir les complications à court terme (hypoglycémie, acido-cétose) et à long terme[4] 

Le traitement repose sur l’insulinothérapie qui vise à suppléer la synthèse défaillante de cette hormone par le pancréas[5]. Elle est mise en place par un diabétologue qui détermine le protocole d’injection et le type d’insuline à injecter en fonction des besoins de l’enfant[5] 

Des séances d’éducation thérapeutiques sont nécessaire pour apprendre à l’enfant et à ses parents comment gérer le traitement avec pour objectif de rendre l’enfant le plus autonome possible[5]. Elles visent également à sensibiliser l’enfant sur l’importance d’une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique régulière[5]. 

Le suivi médical doit être régulier et pluridisciplinaire afin de suivre l’évolution du diabète, de prévenir voire de prendre en charge les complications éventuelles[6]. La vaccination est une composante importante de la prise en charge et il est recommandé de faire vacciner l’enfant contre la grippe saisonnière et le pneumocoque[6]. Par ailleurs, certains bilans (dentaires, ophtalmologique, lipidique et rénal) sont à effectuer au moins une fois par an[6] 

Au quotidien, outre les recommandations sur l’équilibre nutritionnel et l’activité physique, l’enfant devra apprendre à respecter son traitement y compris à l’école[6]. L’enfant doit avoir à sa disposition une trousse d’urgence comprenant le médicament à injecter et le matériel d’injection, un document relatant la conduite à tenir en cas d’urgence et les coordonnées du diabétologue[6]. Pour veiller à ce que sa scolarité se déroule harmonieusement et en adéquation avec son traitement un plan d’accueil individualisé (PAI) pourra être mis en place conjointement entre l’établissement, la famille et le médecin de l’Education Nationale[6]. Des solutions existent pour faciliter le quotidien des enfant atteints d’une maladie chronique. N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé. 

*L’hémoglobine glyquée (HbA1c) est la part d’hémoglobine qui fixe le sucre présent dans le sang. Elle reflète la glycémie moyenne sur une durée d’environ 3 mois 

 

N°  PO 9166  – 10/2021

 

 

Références : 

  1. APHP. Hôpital universitaire Robert Debré. Le diabète de l’enfant. Accessible sur http://diabete-robertdebre.aphp.fr/definition-diabete/. Consulté le 01.09.2021. 
  2. L’ Assurance Maladie. Comprendre le diabète de l’enfant et de l’adolescent. https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/diabete-type-1-enfant-adolescent/comprendre-diabete-enfant-adolescent. Accessible sur Consulté le 01.09.2021. 
  3. Girardin CM, Schwitzgebel V. Diabète de type 2 en pédiatrie : diagnostic et prise en charge. Rev. Med. Sui. Endocrinologie pratique.  
  4. L’ Assurance Maladie. Symptômes, diagnostic et évolution du diabète de type 1 de l’enfant et de l’adolescent. https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/diabete-type-1-enfant-adolescent/symptomes-diagnostic-evolution. Accessible sur Consulté le 01.09.2021. 
  5. L’ Assurance Maladie. Le traitement du diabète de type 1 de l’enfant et l’adolescent. Accessible sur https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/diabete-type-1-enfant-adolescent/traitement. Consulté le 01.09.2021. 
  6. L’ Assurance Maladie. Le suivi médical de l’enfant ou de l’adolescent diabétique. https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/diabete-type-1-enfant-adolescent/suivi-medical. Accessible sur Consulté le 01.09.2021. 
  7. L’ Assurance Maladie. La vie de l’enfant diabétique au quotidien. Accessible sur https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/diabete-type-1-enfant-adolescent/vie-quotidienne. Consulté le 01.09.2021. 


Sur le même sujet

28 octobre 2021

Les ateliers socio-esthétiques en oncologie

Le cancer et ses traitements peuvent entraîner des changements physiques qui peuvent générer une modification de l’image corporelle plus ou moins temporaire.[1] Ces divers changements peuvent avoir comme conséquence une altération de l’image de soi et/ou une perte de confiance qui peuvent être à l’origine d’un repli sur soi et d’une dégradation de la qualité de vie. [1] Cet article permet d’en savoir plus sur l’apport des soins socio-esthétiques dans la gestion de ces changements

1 juin 2021

Observance et cancer

Les chimiothérapies orales connaissent une forte croissance depuis les années 2000 en lien, notamment, avec le développement des thérapies ciblées. [1]

24 mai 2021

Observance et programmes d'accompagnement

Faciliter l’observance : se faire accompagner par un professionnel de santé.

16 mai 2021

Observance et iatrogénie* chez les seniors

Les seniors âgés de plus de 75 ans sont souvent polypathologiques et de ce fait, prennent souvent plusieurs traitements en même temps. [1]

5 mai 2021

Inobservance causes et conséquences

L’observance thérapeutique est une notion large qui regroupe le respect de l’ensemble des recommandations et prescriptions de son médecin, dont notamment la prise médicamenteuse avec le respect des doses et des horaires, mais également les règles hygiéno-diététiques conseillées et le suivi médical (visites de contrôle). [1,2]

19 février 2021

Ma Bouteille : un dispositif éco-responsable pour favoriser l’observance

L’observance thérapeutique est définie comme la capacité à prendre correctement son traitement c’est-à-dire tel qu’il est prescrit par le médecin. [1] L'observance concerne la prise médicamenteuse – posologie, horaire, nombre de prises mais aussi l’application des règles hygièno-diététiques, le suivi médical et les visites de contrôles.[1]

27 janvier 2021

Nutrition et prévention des cancers

Près de 40% des cancers sont liés à notre mode de vie et à des comportements que nous pouvons modifier. [1,2] Après le tabagisme, nos habitudes nutritionnelles au sens large c’est-à-dire alimentation, consommation d’alcool, activité physique et poids sont des facteurs de risque modifiables du cancer.

3 décembre 2018

Cancer

Les progrès dans la prise en charge des cancers ont permis d’augmenter l’espérance de vie de nombreux patients. Mais qu’en est-il de leur qualité de vie ? Pour atténuer les effets secondaires des traitements, pour reprendre confiance en soi, pour retrouver une bonne santé psychologique, les soins de support doivent être psyupporoposés à tous les patients. Au menu, nutrition, activité physique, médiation, acupuncture, art-thérapie, musicologie.

17 octobre 2016

Mieux Dans Mon Assiette Avec le Cancer

Les traitements contre le cancer engendrent souvent des effets secondaires qui peuvent impacter le quotidien des patients. Perte d’appétit, nausées, difficultés de mastication… Ces troubles peuvent modifier les habitudes alimentaires jusqu’à mener à la dénutrition. Afin d’aider les patients à conserver un bon état nutritionnel pendant leur traitement, Biogaran met à leur disposition gratuitement en pharmacie* un livre de conseils, d’astuces et de recettes, élaboré avec le cuisinier Grégory Cuilleron et la diététicienne spécialisée Alix Mottard-Goerens.