Comment aider les personnes âgées à bien prendre leur traitement ?

Pour les personnes âgées, il n’est pas toujours facile ou possible de respecter une prescription médicale. Découvrez pourquoi et comment y remédier.

Publié le : 15-01-2024

SOMMAIRE
Qu’est-ce que l’observance thérapeutique ?

Les raisons de la non-observance chez les personnes âgées

Les conséquences de la non-observance

Comment améliorer l’observance chez les personnes âgées ? 

Qu’est-ce que l’observance thérapeutique1 ? 

L’observance thérapeutique est un terme médical désignant la manière dont un patient respecte ou non une prescription médicale. Ce terme ne concerne pas uniquement les traitements médicamenteux. L’observance thérapeutique peut également s’appliquer dans le cadre de conseils pour une meilleure hygiène de vie, d’un rééquilibrage alimentaire ou d’un suivi biologique. 

 

L’observance thérapeutique désigne différents comportements comme l’assiduité de la prise du traitement médicamenteux, le respect de la durée du traitement, le respect de la posologie et du nombre de prises par jour, le respect des modalités d’administration ou encore le respect des horaires de prises. 

 

Cette observance thérapeutique peut être menacée par les difficultés du patient à prendre en charge sa santé. Notamment si celui-ci est un sujet senior. 

Les raisons de la non-observance chez les personnes âgées2 

On considère habituellement qu’un patient âgé sur 2 n’est pas observant et que dans environ 90 % des cas, la non-observance va dans le sens d’une sous-médication (doses, horaires, médicaments oubliés…). 

 

Les traitements concernés sont principalement ceux contre les affections chroniques, les affections ayant peu de signes fonctionnels (hypertension artérielle, maladies métaboliques) ou les affections neuropsychiatriques

 

Les facteurs favorisant la mauvaise observance chez les sujets âgés sont nombreux :

  • le nombre, la durée et la complexité des prescriptions ;

  • le manque d’information ;

  • la difficulté à prendre les médicaments (troubles de la vision, difficultés à manipuler les flacons, ouvrir les bouchons, couper les comprimés…) ou à comprendre les prescriptions (troubles cognitifs) ;

  • l’absence de perception ou la sous-estimation de la gravité potentielle de la maladie, le déni de la maladie ;

  • l’auto-observation d’un effet indésirable que le malade n’ose pas déclarer ;

  • un syndrome dépressif ;

  • les hospitalisations, etc. 

Le saviez-vous

La classe des plus 65 ans consomme en moyenne 3,9 médicaments différents par jour.

Pour les plus de 80 ans, 4,4 médicaments1.  

Les conséquences de la non-observance3 

L’inobservance thérapeutique peut avoir des conséquences pathologiques de plusieurs natures :

  • Une baisse de l’efficacité des traitements, en particulier les traitements à long terme,

  • Des surdosages, soit par excès de prise, soit surtout du fait des tentatives du médecin d’équilibrer un traitement considéré comme inefficace en augmentant les doses prescrites.

Chacune de ces conséquences engendre, outre les souffrances liées aux complications, de nouvelles dépenses de santé qui auraient pu être évitées, en dehors des effets secondaires des produits. 

Le saviez-vous

D’après le Leem, syndicat professionnel du milieu pharmaceutique, la mauvaise observance est responsable de 20 % des hospitalisations des plus de 80 ans1

Comment améliorer l’observance chez les personnes âgées ?

Lorsque des comportements de mauvaise observance sont constatés, il est tout à fait possible d’adopter de nouvelles mesures pour y remédier et permettre au patient de suivre correctement son ou ses traitements :

 

  • Comprendre sa maladie et ses conséquences sur sa santé,

  • Avoir une parfaite connaissance de tous ses traitements en cours,

  • Encourager une conversation franche et transparente avec les professionnels de santé sollicités, poser des questions et demander des éclaircissements sur les traitements prescrits,

  • Bien ranger et bien identifier ses médicaments. Utiliser un pilulier quotidien, hebdomadaire ou mensuel pour avoir facilement accès à tous les médicaments. Ces boîtes peuvent être remplies au préalable par un proche ou un professionnel de santé.

  • Conserver les médicaments dans leur emballage.

  • Préciser la posologie et les heures de prises directement sur les boîtes pour faciliter l’accès aux informations nécessaires.

  • Écrire le nom du médicament prescrit sur les boîtes de génériques.

  • Programmer une alarme sur un réveil ou un téléphone pour les différentes heures des prises. Certains piluliers électroniques sont munis d’alarmes et peuvent endosser ce rôle.

  • Faire appel à un garde-malade, un(e) auxiliaire de vie et un(e) infirmier (ère) pour être assisté dans la poursuite optimale du traitement1

Quoi qu’il arrive, ne jamais interrompre un traitement médical et ne pas compléter son traitement avec un autre médicament sans l’avis préalable de son médecin. Être toujours honnête lors d’une consultation avec son docteur concernant ses traitements en cours pour minimiser le risque d’interaction1 

Sources
1 - Univers Pharmacie - L’observance thérapeutique chez les séniors – 23-01-23 – Lien de la page – consulté le 27-03-24 | 2 - Ameli – Veiller au bon usage des médicaments – 30-01-2024 – Lien de la page – consulté le 27-03-24 | 3 - Âge village - L’observance thérapeutique - 2023 - Lien de la page - Consulté le 27-03-24 

PO-01902-01/24