Publié le 28 octobre 2021
Partager :

Le cancer et ses traitements peuvent entraîner des changements physiques qui peuvent générer une modification de l’image corporelle plus ou moins temporaire.[1]  Ces divers changements peuvent avoir comme conséquence une altération de l’image de soi et/ou une perte de confiance qui peuvent être à l’origine d’un repli sur soi et d’une dégradation de la qualité de vie. [1] Cet article permet d’en savoir plus sur l’apport des soins socio-esthétiques dans la gestion de ces changements

Les soins socio-esthétiques font partie intégrante du parcours du patient en oncologie. Ils sont accessibles aux femmes et aux hommes et permettent de mieux appréhender les changements du corps liés au cancer et leurs conséquences sur le psychisme.[2]

Qu’est-ce que la socio-esthétique ?

La socio esthétique (SE) est la pratique professionnelle des soins esthétiques adaptés aux personnes fragilisées ou en souffrance consécutivement à une atteinte de leur intégrité physique, psychique ou en détresse sociale[3]

Cette discipline s’inscrit dans des parcours de soins ou de vie de personnes fragilisées.[3]Elle fait partie des soins de support en oncologie depuis 2003, date à laquelle elle a été incluse dans la mesure 42 du plan cancer[3]En 2013, l’Association Francophone des Soins de Supports a édité le premier référentiel des pratiques Socio-Esthétiques en oncologie qui participe à l’amélioration de la qualité de ces soins[3]

Pourquoi intégrer des pratiques de socio-esthétiques dans les parcours de soins en oncologie ?

La maladie et ses traitements peuvent avoir un retentissement physique et en particulier des conséquences dermato-cosmétologiques qui peuvent à leur tour provoquer une dégradation de l’état général.[3] Prendre soin de soi peut permettre de mieux appréhender ces changements.[4]

A cette fin, certains services d’oncologie ou des associations proposent des soins socio-esthétiques. [2] Les esthéticien(ne)s qui prodiguent ces soins sont formé(e)s aux spécificités de la maladie et à ses conséquences sur le corps et le psychisme.[3] Elles contribuent à la prise en charge globale des personnes atteintes de cancer.[3]

Il(elle)s accompagnent les patients tout au long de leur parcours thérapeutique. Il (elle) possède comme principaux outils le toucher, le dialogue et une écoute empathique non médicalisée.[3]

A quels effets indésirables des traitements les ateliers de socio-esthétiques permettent-ils de répondre ?

Tous les traitements du cancer peuvent avoir des conséquences sur la peau du visage, du cou, du décolleté et du corps ainsi que sur les phanères (ongles) et le système pileux.[3]  

La chimiothérapie, les thérapies ciblées et l’hormonothérapie peuvent provoquer des sécheresses cutanées (xéroses), la radiothérapie, quant à elle, peut provoquer des réactions cutanées d’intensité variable en fonction de la technique utilisée et de la zone irradiée.[3] Il est donc important de prendre soin de sa peau et plus la prise en charge est précoce plus cela permet de retarder l’apparition et d’atténuer l’intensité de la déshydratation.[3]

Certaines molécules utilisées en chimiothérapie peuvent avoir des effets indésirables sur les ongles et entraîner une onychopathie (fragilisation des ongles), une onycholyse (décollement progressif de l’ongle) ou une parochynie (inflammation de la peau autour du pourtour des ongles).[3] 

La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent provoquer une altération du système pileux et notamment[3]

  • Une alopécie : Chute partielle ou complète des cheveux et, parfois, des poils (sourcils, cils, barbe, poils des aisselles, du pubis…)  
  • Une modification texture et coloration des cheveux 
  • Des irritations, et/ou des démangeaisons au niveau du cuir chevelu 
  • Une hypertrichose (dérèglement hormonal provoquant une pousse anarchique et envahissante des poils)  
  • trichomégalie ciliaire (cils anormalement longs) 

Comment sont organisés les ateliers ?

Les ateliers de socio-esthétiques vont permettre aux patients de recevoir des conseils spécifiques pour appréhender ces changements, de recevoir des soins appropriés, de se former aux bons gestes pour pratiquer des auto-soins et aussi de choisir les produits dermo-cosmétiques répondant aux besoins des peaux sensibles. Ils seront également formés sur les produits, gestes et attitudes à éviter avant, pendant et après les traitements et ce dans des domaines de soins variés : [3]

Les soins et conseils portés sur le visage, le corps et les phanères.

Les soins et conseils d’hygiène et d’entretien de la pilosité (jusqu’au choix de foulards et perruques)

Les soins et conseils de correction liés à la restauration identitaire : maquillage et auto-maquillage.

Les conseils liés à la mise en valeur personnelle : étude de l’harmonie des couleurs, étude de la morphologie, conseils et orientation vers les professionnels de la coiffure et prothésistes capillaires.

Les soins et conseils liés au confort, à la détente, au toucher et à la reprise de conscience du schéma corporel : modelage

Les activités occupationnelles et/ou de médiation : lien social

L’accès aux ateliers de socio-esthétique est le plus souvent gratuit[2]. Ils peuvent se dérouler en approche individuelle ou collective. [2],[3]

Les sessions individuelles permettent de prendre en compte les besoins spécifiques de chaque patient et de mettre en place un programme individualisé. Les sessions collectives permettent aux patients d’échanger sur leurs expériences et leurs problématiques communes. [3]

Ces ateliers constituent des temps différents dans le parcours patient en permettant de changer d’angle sur la maladie voire de ne pas en parler du tout. Selon les patients qui ont pu bénéficier de ces ateliers, ils permettent de mieux accepter la situation, de se réconcilier avec soi-même[5] et de reprendre confiance.[4]

*AFSOS : Association Francophone de Soins Oncologiques de Supports

 

N° PO 8735 – 03/2021

 

 

 

Références :  

  1. Institut National du Cancer : Patients et proches. Qualité de vie. Image corporelle. https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Image-corporelle. Consulté le 18.03.21 
  2. Institut National du Cancer : Les soins socio-esthétiques. Institut National du Cancer : Patients et proches. Qualité de vie. https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Image-corporelle/Les-soins-socio-esthetiques 
  3. Association Francophone de Soins Oncologiques de Supports. La socio-esthétique en cancérologie. 
  4. Hôpital Gustave Roussy. Mieux vivre le cancer. Programme d’accompagnement et de soutien complémentaires aux soins. P15 
  5. Ligue contre le cancer. La socio-esthétique pour conserver l’estime de soi. https://www.ligue-cancer.net/vivre/article/26517_la-socio-esthetique-pour-conserver-lestime-de-soi. Consulté le 19.03.21


Sur le même sujet

10 novembre 2021

Le diabète chez l'enfant

Découvrez dans cet article les essentiels à connaître sur le diabète chez l’enfant et en particulier le diabète de type 1.

1 juin 2021

Observance et cancer

Les chimiothérapies orales connaissent une forte croissance depuis les années 2000 en lien, notamment, avec le développement des thérapies ciblées. [1]

24 mai 2021

Observance et programmes d'accompagnement

Faciliter l’observance : se faire accompagner par un professionnel de santé.

16 mai 2021

Observance et iatrogénie* chez les seniors

Les seniors âgés de plus de 75 ans sont souvent polypathologiques et de ce fait, prennent souvent plusieurs traitements en même temps. [1]

5 mai 2021

Inobservance causes et conséquences

L’observance thérapeutique est une notion large qui regroupe le respect de l’ensemble des recommandations et prescriptions de son médecin, dont notamment la prise médicamenteuse avec le respect des doses et des horaires, mais également les règles hygiéno-diététiques conseillées et le suivi médical (visites de contrôle). [1,2]

19 février 2021

Ma Bouteille : un dispositif éco-responsable pour favoriser l’observance

L’observance thérapeutique est définie comme la capacité à prendre correctement son traitement c’est-à-dire tel qu’il est prescrit par le médecin. [1] L'observance concerne la prise médicamenteuse – posologie, horaire, nombre de prises mais aussi l’application des règles hygièno-diététiques, le suivi médical et les visites de contrôles.[1]

27 janvier 2021

Nutrition et prévention des cancers

Près de 40% des cancers sont liés à notre mode de vie et à des comportements que nous pouvons modifier. [1,2] Après le tabagisme, nos habitudes nutritionnelles au sens large c’est-à-dire alimentation, consommation d’alcool, activité physique et poids sont des facteurs de risque modifiables du cancer.

3 décembre 2018

Cancer

Les progrès dans la prise en charge des cancers ont permis d’augmenter l’espérance de vie de nombreux patients. Mais qu’en est-il de leur qualité de vie ? Pour atténuer les effets secondaires des traitements, pour reprendre confiance en soi, pour retrouver une bonne santé psychologique, les soins de support doivent être psyupporoposés à tous les patients. Au menu, nutrition, activité physique, médiation, acupuncture, art-thérapie, musicologie.

17 octobre 2016

Mieux Dans Mon Assiette Avec le Cancer

Les traitements contre le cancer engendrent souvent des effets secondaires qui peuvent impacter le quotidien des patients. Perte d’appétit, nausées, difficultés de mastication… Ces troubles peuvent modifier les habitudes alimentaires jusqu’à mener à la dénutrition. Afin d’aider les patients à conserver un bon état nutritionnel pendant leur traitement, Biogaran met à leur disposition gratuitement en pharmacie* un livre de conseils, d’astuces et de recettes, élaboré avec le cuisinier Grégory Cuilleron et la diététicienne spécialisée Alix Mottard-Goerens.